Mala Vida


Urgences – semestre été 2015.

Il est de ces jours où j’en viens à être dégoûté de la médecine. Pas de l’intérêt scientifique de la chose, de la réflexion ni même des patients. Tout simplement des relations professionnelles, du monde de l’hôpital.
Urgences, cloaque ambiant où chacun met en avant le meilleur de ses connaissances, où finalement l’interne de médecine générale ne vient que combler un déficit de personnel., petite pièce dans un rouage hospitalier. A lui de puiser ça et là ce qui pourrait lui être utile pour plus tard. Car il ne faut pas se leurrer, on ne forme pas des internes de médecine générale aux urgences. On en fait de petits urgentistes pour 6 mois, pour que le service tourne, puis ils s’en vont. Les cours avancés en début de semestre pour notre « formation » ne sont en fait que des bases générales pour se débrouiller mieux aux urgences et que cela tourne plus vite. Transposition en médecine générale ? Dans ton cul, t’en fais ce qu’il te plaira.
Pendant toute la durée du stage, aucun retour de ce que l’on pense de nous, c’est que ça doit pas être si mal?  Puis, à la fin, il faut bien se fendre d’une sorte d’évaluation qui dure 4 minutes où un chef que l’on n’a pas vu du semestre et qui aurait recueilli les avis des autres chefs te sort un petit

 » On a été très content de toi, tu vas où au prochain semestre ? »

Tendre la main, récupérer sa feuille à envoyer à la fac. Y découvrir une croix entre « bien et assez bien » en face de l’intitulé « intégration dans l’équipe de soins ». Ah oui, c’est vrai, j’ai eu le malheur de dire ce que je pensais d’elle à une chef suffisante et antipathique. Un problème de personnalités qui ne regardait que nous deux. Hypocrisie ambiante, où l’égo de chacun semble démesuré, sourires feints.

Je retire de ce stage une expérience certaine, une autonomisation, tous les numéros téléphones d’avis, et aussi, un dégoût encore plus avéré pour le monde de l’hôpital.

Envie démente de tout plaquer, plier bagage, partir en sac à dos, se retrouver, rencontrer, découvrir, vivre.

Bon vent, bonne route ! En toute franchise…
Docteur même pas peur ! ( en perdition)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :